Arts - Cultures FoiACF     Voici l'Homme     Livres     Cinéma     Expos d'artistes     Diocèses     Textes     Art et foi    Ressources     Plan du site

 

Images et Sons
chemin d’inculturation

Réflexions pour une Catéchèse

Les 2 et 3 février 2007 avait lieu les Assises de l'audiovisuel et du multimédia. organisées par le Service catéchèse et catéchuménat de la Conférence des évêques de France.

Durant deux jours 150 participants ont travaillé à partir d’interventions, de mises en commun par atelier de leurs réflexions et de leurs pratiques en matière d’audiovisuel et de multimédia, soit comme commanditaire, producteur-réalisateur ou animateur de groupes dans le cadre de l’action pastorale et catéchétique.

L’introduction à ces travaux a volontairement eu un ton qui sous-entendait que les actions pastorales et catéchétiques d'aujourd'hui devaient pouvoir sortir des sentiers battus et entrer de plain pied dans la culture.
Cette introduction a utilisé les médias propres à une séance publique : clown d’improvisation, projections d’images fixes, interprétation de musiciens, lecture de poèmes. Les pages ci-dessus n’en sont donc pas le reflet exact. Mais tout en sachant que le web, dans son petit cadre électronique, ne permet pas ce mélange vivant, les auteurs se sont efforcés ici de rester fidèle à l'esprit de cette introduction.


Denis Jacob
Organisateur des Assises de l'audiovisuel et du multimedia
Service national de la Catéchèse et du Catéchuménat

Pour en savoir davantage sur la catéchèse, le site du SNCC et ses revues

Texte de Robert Pousseur
Photos et conception de Norbert Pousseur
Présentation  de  Denis Jacob


Afin de parcourir plus aisément cette page, utilisez les flèches vers le 1er paragraphe et Haut de page
qui vous permettront de caler chaque début de paragraphe.

 

 

 

 

 

1 - De profonds bouleversements culturels et religieux.

La salle est dans l'obscurité.
Une musique rap assez forte envahit la salle …
Louis, homme d’un certain âge et habillé classiquement, entre en scène.
Il regarde à droite ... à gauche…

Louis se parlant à lui-même :
«Où suis-je donc ?
Je croyais participer à un rassemblement de gens sérieux
qui s’interrogent sur la transmission par l’image et le son
de ce qu’ils croient, espèrent, rêvent.
Me voilà assommé par une musique abrutissante.
Suis-je plongé dans l’obscurité d'une fin de  monde ? 
Se tournant vers le public
Je ne sais pas qui vous êtes,
pour écouter avec volupté une musique pareille.
Américains, chinois, indiens, russes, européens…
sommes-nous tous obligés de subir cette musique ?
Sommes-nous tous obligés de subir ce bouleversement ?
Inimaginable ! de …

Graph'mur - la ville dans tous ses états - photographie  ©  Norbert Pousseur
   
vers le paragraphe suivant  
  Calage de ce premier paragraphe  Vers le haut de la page
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Dans l’assistance un jeune se lève
 et interrompt le discours de Louis.
   
Graph'mur - amour et tristesse - photographie ©  Norbert Pousseur
Morgan :
Non,
je ne peux pas vous laisser continuer à parler ainsi.
Je me présente : mon nom est Morgan.
Je trouve que nous vivons une époque formidable.
Vous ne me croyez pas ?
En regardant la bibliothèque de mes parents,
j’ai l’impression que nous passons
de la civilisation de l'écrit,
à une civilisation de l'image ;
à une autre écriture, si vous voulez ;
à une grammaire différente.
Mon grand frère, qui est marié, est accro de la bande dessinée, lui.
            Pour nous, c’est l'image en mouvement ;
c’est nos Play-Station qui nous attirent le plus …
Notre professeur nous reproche de vivre dans le virtuel :
lui, il est pour l'imprimé, la ronéo, la photocopieuse,
            tandis que nous, c’est le Web. Et nos blogs …
Ce sont ces bouleversements que vous trouvez mortels pour l’humanité ?
vers le paragraphe suivant  
  vers le paragraphe précédent
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Louis :
Vous ne vous rendez pas compte,
mais notre société passe de la réflexion à l'émotion…
            Et cette évolution nous pose bien des questions.
Ne va-t-elle pas changer radicalement notre vie ensemble ?
Pour vos grands-parents, ne devenez-vous pas des étrangers… ?
Tout faire reposer sur l’émotion ne va-t-il pas étouffer notre vie intérieure ?
L'émotion a ses dangers, elle se prête à toutes les manipulations
Communiquons en tous lieux - photographie ©  Norbert Pousseur

 

 

 

 
vers le paragraphe suivant  
  vers le paragraphe précédent
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Morgan :
            Que de questions ! Que d’appréhensions !
            Vivons donc notre époque !
Je suis heureux d'avoir un téléphone mobile,
de pouvoir accéder à Internet !
Mes parents grimacent en me voyant passer des heures à jouer en réseau.
Ils pensent que ces changements sont catastrophiques pour mon avenir !
Mon oncle fait tout le temps la leçon à mes cousines
sur leur façon de s’habiller, de parler,
de ne penser qu’à aller un jour à la star academy…
            Il pense que l’avenir sera sans relief pour elles…
Mode aveugle - photographie ©  Norbert Pousseur

 

 

 
vers le paragraphe suivant  
  vers le paragraphe précédent
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Chemin de crête - photographie ©  Norbert Pousseur Louis :
Je veux bien que pour vous, tout  ne soit pas catastrophique, aujourd’hui…
Mais n’avez-vous pas le sentiment de vivre une drôle d’époque,
pleine d’inventions nouvelles et en même temps si angoissante ?
Je me souviens d’avoir monté un col dans les Pyrénées
pour passer dans l’autre vallée.
Au col, nous nous sommes trouvés devant un à-pic.
Impossible à descendre sans corde.
Je me demande si votre ascension, si ascension il y a,
ne risque pas de déboucher sur un vide ?

 

 

 
vers le paragraphe suivant  
  vers le paragraphe précédent
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Morgan :
Pfff ! Nous vivons une époque formidable.
Est-ce une vie d’être dans le métro ou dans le train,
silencieux et entassés les uns sur les autres ?
Grâce à mon mobile,
je vis ;
quand je veux,
je peux être en relation avec mes amis, ma famille.
Pour mes amis,
la télévision n’est plus du théâtre virtuel.
Les gens parlent d’eux sans fard,
ils racontent leur vie en vérité.
Ce qui compte pour nous,
c’est ce que nous aimons et ce que nous ressentons.
Nagisa Shirai en diffusion et © sur Arte  - photographie ©  Norbert Pousseur

 

 

Image tirée d'une émission d'Arte de la série "Danse" - danseuse Nagisa Shirai
vers le paragraphe suivant  
  vers le paragraphe précédent
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Louis :
Cette façon de vivre autour de son ‘moi’
            voilà bien ce qui m'inquiète !
ne va-t-elle pas se transformer en catastrophe pour l'avenir de l'humanité !
Nos anciens avaient d’autres points de repère que ce petit ‘moi’ tout rabougri.
Je dois quand même reconnaître que ce "petit moi"
a quelques beaux atouts de son côté…
Léonard de Vinci ne conseillait-il pas à ses élèves :
"Quand tu dessines, n'aies personne à côté de toi
sinon tu risques de regarder avec ses yeux et non avec les tiens."
Je me souviens d’un épisode de la vie de Matisse.
Il peignait une femme penchée au balcon.
Il la peignait comme une nature morte.
Quand son grand ami et soutien Everpoel
découvre cette peinture,
il lui conseille de la détruire au plus vite
car à ses yeux, elle ne vaut rien.

 

Regards sur un double Moi  - photographie ©  Norbert Pousseur

La compagne de Matisse le supplie de suivre le conseil de leur ami ;
elle a besoin qu'il vende ses toiles pour nourrir leur bébé.
Mais Matisse croit en lui.
Il ira jusqu'au bout de sa création.
Cette peinture a été reconnue peu après comme un chef d'œuvre…
Son ‘Moi’ était en lui comme une force capable de donner la vie.
Jésus lui-même n’a-t-il pas proclamé :
"On vous a dit… moi, je vous dis…" ?
Mais de là au narcissisme actuel…

 

 
vers le paragraphe suivant  
  vers le paragraphe précédent
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Regards sur regards - photographie ©  Norbert Pousseur Morgan :
Moi, je pense qu'aujourd’hui,
on peut passer du « Moi » narcissique
au « Moi, je me livre aux autres,
avec ce que j’ai de fort en moi » !
Vous avez parlé tout à l’heure de monter un col
pour aboutir sur du vide :
Ne s’agit-il pas plutôt
d’un passage.

 

 

 
vers le paragraphe suivant  
  vers le paragraphe précédent
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Louis :
Tu as peut-être un peu raison…
Mais regardons une autre évolution pour le vérifier.
Je pense à cette télévision qui célèbre le corps à longueur de journée.
On voit s'étaler
des corps boursouflés par l'obésité
des corps anorexiques célébrés par les défilés de mode
des corps marqués par les soucis
des corps brisés par la violence
des corps noirs, blancs, rouges, jaunes…
des corps sculptés par le sport
des corps surexposés pour mieux vendre
des corps refaits pour effacer la vieillesse... 
Alors, il n’y a plus que le corps qui compte ?
La belle évolution !
Notre esprit, notre âme, que deviennent-ils ?
Corps symbole, corps réels - photographie ©  Norbert Pousseur

 

 

 
vers le paragraphe suivant  
  vers le paragraphe précédent
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Morgan :
            Tu ne vois pas combien c’est grand, cette évolution ?
            Que mon corps soit noir ou blanc,
            cela ne compte plus pour nous.
            Aujourd’hui, mon corps m’appartient.
            Je peux dire qui je suis
Regards demandés, regards attirés  - photographie ©  Norbert Pousseur
Corps sans soucis  - photographie ©  Norbert Pousseur

En le peignant, en le tatouant,
En mettant des bijoux là où j’en ai envie.
Les filles n’ont plus peur d’être surprises
par ce qui se passe dans leur corps.
Elles le dominent grâce aux médicaments.
Grâce à la chirurgie,
aujourd’hui, tout le monde peut être bien dans sa peau..

 

vers le paragraphe suivant   vers le paragraphe précédent

   
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Louis :
Vous devenez drôlement matérialistes.
Mais c’est l’image de votre corps qui compte, finalement !
Seule vous importe l’apparence.
et non ce qui vous travaille ‘au fond’.
Tout est fait pour ne plus écouter votre voix intérieure.


 
Acceptation ou refus de l'Autre ? - photographie ©  Norbert Pousseur  

 

 

 
vers le paragraphe suivant  
  vers le paragraphe précédent
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Morgan :
Ah, vous croyez cela ! 
Aujourd’hui notre société est peinte aux mille couleurs :
avec des blancs plein de nuances,
avec des jaunes souvent discrets,
avec des noirs plus ou moins foncés.
Notre société s'habille de mille façons différentes,
quitte à faire concurrence aux défilés de mode...
Le peuple français parle la même langue
mais enrichie de multiples accents.
Notre société chante en français et en anglais
sur des musiques latino aux accents de Blues ou de tango...
Ne croyez-vous pas que cette variété
peut être le signe d’une nouvelle naissance de l’humanité :
chacun pourra apporter sa richesse aux autres… 
Moi, je vis motre époque comme un passage
ouvert au métissage des cultures.
Enfants dans parc parisien - photographie ©  Norbert Pousseur

 

 

 
vers le paragraphe suivant  
  vers le paragraphe précédent
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Louis :
            Alors là, vraiment,
on ne change pas seulement d’époque
mais de civilisation.
Dieu disparaît au profit de l’homme.
Est-ce la fin de la civilisation judéo-chrétienne ?
Descente solitaire - photographie ©  Norbert Pousseur

 

 

 
vers le paragraphe suivant  
  vers le paragraphe précédent
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
   

 

L'humanité s'habille de mille couleurs,
de vert pour chanter l'espérance,
de bleu pour voir loin,
de rouge pour crier les injustices
de noir pour pleurer tout ce que la mondialisation écrase
de jaune d'or pour attirer le regard vers tout ce qui est juste, vrai, fraternel.

Qu'ils soient africains, européens, américains, asiatiques, australiens,
les artistes qui voyagent ou émigrent
apportent avec eux des couleurs étonnantes.
Ils secouent les lits dans lesquels les peuples aiment se laisser bercer.
Quand ces couleurs se rencontrent et se parlent,
elles créent un nouveau chef d’œuvre.

Graph'mur un monde en couleur - photographie ©  Norbert Pousseur 

Dieu, créateur du cosmos,
met lui aussi ses talents d'artiste
au service de l'histoire des hommes,
pour que l'humanité
ne mélange pas toutes les couleurs
en un blanc unique.

Dieu rassemble toutes les couleurs
en un arc en ciel :
avec respect et tendresse,
il embrasse chacun,
quelque soit son histoire.

 
vers le paragraphe suivant  
  vers le paragraphe précédent
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


2 -    Le génie du christianisme

   

Morgan :
La fin de la civilisation judéo-chrétienne ?

Pourquoi pas ?

Après-midi en Eglise - photographie ©  Norbert Pousseur

Il suffit de regarder le monde, l’avenir que vous nous laissez :
Comment se fait-il qu’il y ait tant de guerres de religion ?
tant de pauvres ?
tant de misère ?
tant d’exploitation ?

Pas de porte en Avignon - photographie ©  Norbert Pousseur
Louis
 :
Oui, mais que nous faut-il vivre aujourd’hui
pour que notre avenir à tous
brille comme un arc en ciel ?
L’expérience des anciens pourrait offrir quelques lumières…
Comme tout à l’heure

 

.

 

 
vers le paragraphe suivant  
  vers le paragraphe précédent
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Société multi cultuelle à Singapour - photographie ©  Norbert Pousseur
Morgan :
J’ai une amie, Domitille, qui fait des études d’histoire.
Depuis 2000 ans,
il y a eu bien des bouleversements culturels,
des changements de civilisation ;

Malgré tous ces bouleversements
la religion chrétienne existe toujours.
Elle pourrait nous aider à comprendre pourquoi.
Comme elle n’est pas loin,
je vais l’appeler avec mon portable.
Tiens, il sert à quelque chose celui-là…
Vive le 21ème siècle !
Domitille entre avec un gros livre dans ses bras.

 

 

 
vers le paragraphe suivant  
  vers le paragraphe précédent
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Graph'mur - Lecture obscure - photographie ©  Norbert Pousseur  

 

 

 

                       vers le paragraphe suivant  vers le paragraphe précédent


Morgan 
:
Domitille, nous sommes en pleine discussion.
Je me rappelle que les chrétiens s’étaient servis de la philosophie grecque
pour exprimer au mieux leur foi en Jésus,
Dieu fait homme.
Crois-tu que les chrétiens pourraient se nourrir de ce qui se passe aujourd’hui
pour mieux vivre leur foi 
même si on change de civilisation comme on le prétend… ?

 

 

 
  
  
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Domitille :
J’ai avec moi mon livre sur l’histoire des religions.
Elle feuillette son livre.
Je lis ceci :
Les sociétés en crise  qui vivaient
une rupture culturelle, politique, philosophique ou religieuse importante
ont donné naissance à un art nouveau.
Pense au surgissement foudroyant de l’empire musulman
qui a donné naissance à l'art de la calligraphie de la langue arabe
et à un art architectural original.
Plafond marocain - photographie ©  Norbert Pousseur

 

 

 
vers le paragraphe suivant  
  vers le paragraphe précédent
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Morgan :
Il a dû en être de même
quand le christianisme à pu vivre en toute liberté
dans un empire romain en crise… 
Les chrétiens d’alors ont sans doute dû créer
une nouvelle civilisation… un art nouveau.  

Louis :
Les artistes de leur temps
ont sûrement dû faire naître un art chrétien
en créant des églises.

Frise chrétienne près du Parthénon gravée  - photographie ©  Norbert Pousseur

 

 

 
vers le paragraphe suivant  
  vers le paragraphe précédent
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Petit temple près du Parthénon - photographie ©  Norbert Pousseur Domitille :
Imaginez-vous à Rome au début du 4ème siècle.
Les chrétiens implantés dans la ville depuis 300 ans
étaient régulièrement inquiétés, parfois violentés, persécutés.
Aussi, pour se rassembler les dimanches,
ils ont pris l'habitude de se réunir
dans la maison d’une famille chrétienne.
Dans une salle,
ils entouraient tout simplement celui qui présidait la célébration de l'Eucharistie.
L'empereur Constantin décrète que les chrétiens sont désormais libres
et qu'ils peuvent se rassembler publiquement, là où ils le désirent.

 

 

 
vers le paragraphe suivant  
  vers le paragraphe précédent
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Morgan :
Où peuvent-ils se réunir ?
Dans une église ?
Il n'en existe pas.
Dans un temple romain ?
C'est un lieu démoniaque, infréquentable pour les chrétiens.
Ils ont peut-être organisé un concours d'architecture,
pour inventer un lieu sacré typiquement chrétien…
Domitille :
Justement non !
Les chrétiens d'alors n'inventent rien au plan esthétique, artistique.
Ils se sont rassemblés dans des bâtiments
qui s’inspiraient de l’architecture des basiliques,
ces bâtiments que les romains avaient inventé
pour que le peuple puisse se rassembler à l'abri du soleil et de la pluie.
Et comme une communauté chrétienne est un peuple qui se rassemble,
la basilique était le lieu tout trouvé.

 

 

 

 
vers le paragraphe suivant  
  vers le paragraphe précédent
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Louis :
Si je comprends bien :
Le génie du christianisme a consisté
à ne pas inventer une philosophie, une sagesse, un art.
Les chrétiens sont  allés habiter la recherche des hommes de leur époque.
Comme ils se sont nourris du judaïsme
pour vivre en communion avec le Dieu de leurs pères,
ils ont puisé dans la sagesse grecque
pour exprimer leur foi. 
En habitant la basilique,
les chrétiens lui ont donné une nouvelle dimension.
Rosace de la cathédrale d'Angers - photographie ©  Norbert Pousseur

 

 

 

 
vers le paragraphe suivant  
  vers le paragraphe précédent
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Sculpture de portail d'église à Strasbourg - photographie ©  Norbert Pousseur Domitille :
Tu as parfaitement raison.
C’est cela le génie du christianisme.
Il n'a pas créé de lieu "sacré" original
parce que pour lui, la seule réalité "sacrée",
c'est l'homme aimé de Dieu,
et la communion entre les hommes habitée par Dieu.
Le bâtiment-église est un lieu de rassemblement des chrétiens ;
s'il peut être dit "sacré", c'est seulement comme signe prometteur
du rassemblement de l'humanité dans la Jérusalem nouvelle…
Je prends un autre exemple.
André Grabar, russe orthodoxe,
historien de l'art byzantin et de l'iconographie du Moyen Âge,
a mis en lumière par quel chemin l'Évangile s'était inculturé à cette époque.
La culture iconographique du monde païen
offrait des ressources immédiates et très riches aux artistes chrétiens.
Aussi, à sa naissance
le christianisme n'a pas cherché à forger ses propres modèles.
Il les a tout simplement puisé dans le milieu où il baignait. 
            à tel point que la société les a en quelque sorte récupérés.
Je pense aux droits de l’homme, à la liberté de conscience…
            La révolution française n’a-t-elle pas faite siennes
ces trésors que le christianisme avait déposé en son sein ?  

 

 
vers le paragraphe suivant  
  vers le paragraphe précédent
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Louis :
Si je t’ai bien compris,
je peux dire que :
les artistes chrétiens
n'ont pas inventé un art chrétien
mais qu'avec leur 'œil intérieur',
ils ont su trouver des chemins d'inculturation
en s'inspirant de la quête de justice et de vérité de leur temps.
En ces temps-là, les chrétiens étaient quand même des gens géniaux.
Détail de façade  de la cathédrale d'Angers - photographie ©  Norbert Pousseur

 

 
vers le paragraphe suivant  
  vers le paragraphe précédent
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Enfants en canal St Martin - photographie ©  Norbert Pousseur Domitille :
Pour moi, Il reste une question :
Dans notre société plurielle, métissée de toutes les couleurs,
dans cette civilisation qui naît aujourd’hui,
les chrétiens d’aujourd’hui sauront-ils être aussi géniaux que leurs ancêtres ? 

 

 
vers le paragraphe suivant  
  vers le paragraphe précédent
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Morgan :
Allons-y carrément ! 
Tout à l’heure,
On a disait que nous avons une nouvelle relation avec notre corps.
Cette évolution n'ouvrirait-elle pas une porte
pour mieux comprendre
ce que Dieu veut vivre avec nous
quand il dit qu’il s’est fait "chair" ?
Les Orants de la compagnie Pierre Deloche - photographie ©  Norbert Pousseur

 

 

 

 
vers le paragraphe suivant  
  vers le paragraphe précédent
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« J'ouvrirai la bouche pour dire des paraboles,
je clamerai des choses cachées depuis la fondation du monde. »

"En ce jour-là, Jésus sortit de la maison et s'assit au bord de la mer.
Et les foules nombreuses s'assemblèrent auprès de lui,
si bien qu'il monta dans une barque et s'assit ;
et toute la foule se tenait sur le rivage.
Et il leur parla de beaucoup de choses en paraboles.»

En bon oriental et avec tout son génie propre,
Jésus parle en parabole.
Il laisse l'auditeur libre
de créer sa réponse
à son rythme et dans sa culture.
Pour les jeunes bouddhistes, dans le lâcher - prise.
Pour les jeunes de culture occidentale, par la création.
Pour les jeunes  musulmans par l'écoute et la soumission.
Pour les jeunes africains, par la danse
Pour certains en privilégiant l'action.
Pour d’autres, en vivant les temps de l'enfantement.

Graphmur - Nativité - photographie ©  Norbert Pousseur

Et aujourd’hui ?
Cette Parole accueillie et cette réponse créée
provoquent-elles des ruptures ?
Font-elles aimer ?
Rendent-t-elles fière et digne ?
Donnent-t-elles une  dimension divine à tout homme ?

vers le paragraphe suivant    vers le paragraphe précédent

 

 

 

 


 

3 -   Aujourd'hui, les langages des images et des sons

 

                       
Domitille :
           
Actuellement, je pense que les chrétiens
peuvent être heureux et fiers d'appartenir à un peuple
ouvert à l'universel dans le respect des cultures,
à une Église sensible à l'invisible
dans le respect des sensibilités religieuses différentes.

Le dialogue interculturel et interreligieux
fait désormais partie intégrante de la vie de l'Église.
Pour exprimer leur foi,
pour entrer en dialogue dans le respect des autres,
les chrétiens pourraient s'inspirer aujourd'hui
de la voie déjà suivie par Jésus et par son Église :
le langage de la parabole.

Affiche au Festival d'Avignon - photographie ©  Norbert Pousseur

Dans notre monde
si sensible à toutes les images et aux sons multiples,
à une époque où bien des personnes sont attirées par l'audiovisuel
pour s'exprimer,
pour se montrer,
pour écouter,
pour s'ouvrir,
pour s'abrutir,
pour se cultiver
une question nous est posée :
dans ces mondes de l’image et du son,
les chrétiens pensent-ils que l'Evangile y a encore sa place ? 

vers le paragraphe suivant    vers le paragraphe précédent

 

 

 

 

 

 

 


 

J'ai cherché une habitation
pour accueillir l'évangile dans le monde d'aujourd'hui.
Je l'ai cherchée dans cette forêt
dans ces villes nouvelles  de la création artistique.

Où rencontrer aujourd’hui des habitations prêtes à accueillir la Bonne Nouvelle ?

Images, chants, mimes, danses,
films, poèmes, récits, photos, musiques...
en existent-t-ils aujourd'hui
qui sans être d’abord des expressions religieuses
laissent deviner une profondeur, un mystère, une présence ?

Images, des peintures, des sculptures
invitation à se laisser envahir par l'autre ?

Musiques, poèmes donnant envie de créer sa vie ?

Films, des vidéos, des photos
invitation à chercher les traces de la présence de Dieu
au cœur de l'histoire humaine ?

Quel nom leur donner ?

Film-Symbole ? …  Récit- Symbole ?
Il ne serait pas un trésor enfoui à exhumer
mais un voyage.

Image - symbole ?
Elle ne serait pas une carte - souvenir
mais un territoire à explorer.

Les Orants de la compagnie Pierre Deloche - photographie ©  Norbert Pousseur

Musique-Parabole ? 
qui n’est pas là simplement
pour être enregistrée sur son MP3
mais qui ne demande qu’à être dansée.

Peinture – Icônes
qui parle à celui qui la contemple
et qui suscite un dialogue intérieur.

Le christianisme est le seul monothéisme
qui se nourrit de l’art des hommes
et le nourrit en allant habiter dans la recherche des hommes.
Leurs oeuvres prennent alors une dimension nouvelle
Et ouvrent au coeur de l'Autre.

vers le paragraphe suivant    vers le paragraphe précédent


 

 

 

 

Domitille :

J’ai sous les yeux
des reproductions d’artistes d'aujourd'hui.
Ces oeuvres ne sont pas tant des images religieuses
que des œuvres
dans lesquelles les artistes cherchent à exprimer leur vision du monde.
Morgan et vous, Monsieur,
Je ne vous invite pas à entrer
dans une galerie d’art
mais à vous mettre à l’écoute d’artistes
qui cherchent à communiquer leur vision
de l’homme,
du monde,
parfois de Dieu qui vit l’histoire de l’humanité.

En prenant le temps de regarder ces œuvres
vous pouvez vous demander :
quelles sont celles qui vous parlent de votre histoire
qui rejoignent votre sensibilité religieuse
qui vous ouvrent à l’universel ?

            Je serais heureuse d’avoir vos réactions
parce que, me semble-t-il,
nous aurions si peu à faire
pour que notre monde nous entende enfin parler "dans sa propre langue",
comme au jour de la Pentecôte…

Vous pourrez poster vos réactions en utilisant le mail suivant - inculturation.artcult@club-internet.fr .
Elles seront publiées dans la mesure du possible au bas de cette page

vers le paragraphe suivant    vers le paragraphe précédent

 

Glissez sur une image pour la visualiser en plus grand
Par les liens vous pourrez voir d'autres oeuvres de chaque artiste, publiées sur ce site.
Pour revenir sur cette page fermez l'onglet ou la nouvelle fenêtre ainsi ouverte.

 

 

 

Philippe
Moncorgé

 

 

vers l'oeuvre précédente  vers l'oeuvre suivante

Oeuvre de Philippe Moncorgé
oeuvre de Sylvie Kajman

 

 

 

Sylvie
Kajman

 

vers l'oeuvre précédente  vers l'oeuvre suivante

 

 

Alain
Gilet

 

vers l'oeuvre précédente  vers l'oeuvre suivante

Oeuvre d'Alain Gilet

Oeuvre d'André Gence

 

 

André
Gence

 

 

vers l'oeuvre précédente  vers l'oeuvre suivante

 


Macha
Chmakoff

 

 

vers l'oeuvre précédente  vers l'oeuvre suivante

Oeuvre de Macha Chmakoff Oeuvre de Thierry le Youdec

 

 

 

Thierry Le Youdec

 

 

vers l'oeuvre précédente  vers l'oeuvre suivante

 

 

Annick
Roubinowitz

 

 

vers l'oeuvre précédente  vers l'oeuvre suivante

Oeuvre d'Annick Roubinowitz Photographie de Jacques Faujour

 

 

Jacques
Faujour

 

 

vers l'oeuvre précédente  vers l'oeuvre suivante

 

 

Valérie
Chesnay

 

 

vers l'oeuvre précédente  vers l'oeuvre suivante

Oeuvre de Valérie Chesnay Oeuvre de Jacques Cadet

 

 

Jacques
Cadet

 

 

vers l'oeuvre précédente  vers l'oeuvre suivante

 

 

Christian
Mironi

 

 

vers l'oeuvre précédente  vers l'oeuvre suivante

Oeuvre de Christian Mironi Oeuvre de Bernard Duvert

 

 

Bernard
Duvert

 

 

vers l'oeuvre précédente  vers l'oeuvre suivante

 

 

 

 

vers l'oeuvre précédente

 

Oeuvre de Gilles Carré

 

 

Gilles
Carré

 

 

vers l'oeuvre précédente

 

 
vers le paragraphe précédent


Pour aller plus loin dans la catéchèse, le site du SNCC et ses revues

Réactions des visiteurs:

 


D'autres photographies de NPousseur (toutes les illustrations de cette page en dehors de certaines reproductions des oeuvres immédiatement ci-dessus)
D'autres graph'mur de NPousseur


Haut de page .....Page d'accueil