Arts - Cultures FoiACF     Voici l'Homme     Livres     Cinéma     Expos d'artistes     Diocèses     Textes     Art et foi    Ressources     Plan du site

LE FESTIVAL  ARTISTES EN QUÊTE 

Les Orants

une Création Civile

COMPAGNIE Pierre Deloche Danse

Comment honorer son être au monde?

Les danseurs ont opté pour le mouvement,
les priants ou méditants pour la pratique de l'immobilité.
Les uns et les autres pourraient-ils, ensemble, rendre hommage?

La Création Civile "Les Orants" suscitée par Pierre Deloche et produite par la Compagnie qui porte son nom a fait le pari de réunir vingt-quatre duos pour créer une assemblée silencieuse.

Composés d'un danseur-chorégraphe et d'un praticien spirituel rattaché ou non à une tradition, chaque duo a questionné son rapport à la chair et au divin.

Ce sont les témoignages de ces rencontres et de cette expérience singulière qui sont partiellement présentés ici.

...........................

L'évènement "Les Orants" prend corps dans les 130Om2 de la cour carrée de l'ancienne caserne Les Subsistances de Lyon, les 14, 15, 22 et 23 novembre 2003 au sein du festival "La chair et Dieu", organisé par le service diocésain des affaires culturelles de Lyon et l'association Lyon Sacré.

Il s'inscrit dans le cadre des Créations Civiles que conçoivent et mettent en oeuvre Pierre Deloche et sa Compagnie.
Les Créations Civiles sont conçues pour repenser, reformuler et refondre le corps sociétal.


Actes de présence que chacun, quel qu'il soit, et en dehors de tout clivage, est convié à réaliser avec d'autres, au coeur de la Cité.
Actes ouverts, enrichis de l'interprétation de chacun. Esthétique dont la valeur ne tient que par la qualité du ressenti éprouvé par les participants.
Profondeur de l'engagement.
Puissance vibratoire d'une assemblée, à l'écoute, oscillante, sensée et sensible.
L'Homme et la Cité considérés comme vivantes oeuvres d'art.

Avec Sous le Ciel Exactement, Rituel Temps, La Traversée, les Créations Civiles prennent corps dans diverses villes de France, notamment à Lyon. Elles sont appelées à se développer aujourd'hui à l'étranger.
En projet : Macao, Chine, et St Jean dAcre, Israël.
Prochaine réalisation prévue pour 2005: Ombres Portées.

L'ensemble des témoignages est présenté sous forme d'un livret que vous pouvez acquérir
Vous trouverez
ci-dessous des extraits du livret, enrichis par des photographies faites lors d'une des représentations
(Illustrations de Marc Colomban, photographies Norbert Pousseur)


 

Eric Marchal & Martine (Bouddhisme Zen)  
Qui est un?
...................................................Ki est un!

Sans les mots, exprimer l'esprit réalisé.
Transmettre le message de la voie,
abandonner son ego.

Etre libre de toutes considérations.

Dans l'ici et maintenant

est le passe, le présent le futur.

Dompter l'esprit, c'est installer notre vie !

 
   

 

Pascal Jaumot & Guillaume
(prêtre de tradition chrétienne)
 

Commencement...
..................................................Recommencement...

La prière est quelque chose de très intime qui ne se dit pas facilement. Elle commence et recommence avec le temps des Orants.

D'abord la respiration qui dispose au lâcher? prise corporel, à la libération de l'esprit, à l'immobilité, aux mouvements intérieurs. Ensuite le texte de méditation, la parole de Dieu... Pour un souffle créateur...

En posture assise, dos à dos, les orants sont ancrés et respirent sur un même point: le Christ " Rien que pour aujourd'hui ". Le voile se lève sur la résonance des orants en prière. Tu explores, tu pénètres les contours de ce point: " lui point et toi contours ".

En posture immobile ou mobile, la prière est danse, comme un courbé qui se dresse, foule le soi de ses pieds, implore de tout son être, traverse une ombre... Le corps des orants, paisible sur leur nacelle, entrevoit en silence...

Le corps est en mouvement et le mouvement a motivé tout autant que dynamisé ma vie d'homme. La prière est venue donner du souffle à ce corps, par petites touches.

Pascal

Le travail fait ensemble me demande un gros effort. J'ai déconnecté avec ma pratique antérieure pour la reconnecter autrement. Je pense être plus proche de ce que je suis et être plus réceptif à la présence de l'autre.

Guillaume

 

 


 

Emilie Borgo & Candice et Davy
(Bouddhisme tibétain)
 

Khyentsé Chökyi Lochö- 1893 / 1959
(Moine danseur du Tibet)


"Le geste de danse est un reflet dans le miroir de l'éveil"
maître spirituel du monastère de Mindroling


"Au fil des rencontres, je découvre que la pratique de la méditation s'inscrit dans la vie sous tous ses aspects.

Délicatesse extrême.
Sensibilité jusque dans les moindres détails.
Des moines dansent au Tibet. Juste un voyage de l'intérieur vers l'extérieur
et de l'extérieur vers l'intérieur.
Ouverture sur le monde.
Calme et intelligence.
Du temps pour moi, au crayon à papier. Offrande.
Juste le temps d'une danse
entrer en relation profonde avec moi-même,
l'orant, chaque spectateur, l'espace environnant,
l'air et le monde qui résonne.
Un acte simple qui me permet de toucher
à une dimension profonde et universelle de la danse."
Émilie

"Sans peur, sans arrière?pensée, et sans effort, laissez jaillir de l'espace de l'esprit des gestes divins et des mouvements de danse inconnus, des chants jamais entendus."

Cette phrase vient du tantra de la roue du temps et nous a réunies.
Candice

 


 

Rolan Bon & Michèle
(Tradition chrétienne)
 



Energie intériorisée / énergie exprimée.
L'esprit s'incarne, le corps est habité, dense, consistant...

 


 

Notre projet s'axe autour de la rencontre entre le corps et l'esprit. Mais comment donner du corps à la spiritualité ?

Pour Rolan, la danse sacrée est, plutôt qu'une forme traditionnelle ou rituelle, de la présence en mouvement ; c'est donner présence au temps présent. Si bien que sa création s'enracine d'abord dans une définition énergétique de l'espace : axe horizontal, qui embrasse le cosmos, axe vertical, ordonné aux énergies qui circulent entre terre et ciel.

Michèle conçoit la méditation comme une attitude d'accueil. L'activité mentale est abandonnée au profit des sensations et perceptions de ce qui est, ici et maintenant. Le corps se niche alors dans une pure réceptivité, re?posante.

Elle adopte une posture ouverte, au danseur et à toutes les énergies. Elle médite assise et les yeux fermés, mais les mains élevées au niveau des épaules, paumes tournées devant, bras sur les côtés et thorax dégagé. Cette posture crée un champ commun : les mains, comme de petites paraboles, captent les énergies, les accueillent, puis les réfléchissent, chargées d'une masse corporelle. Rolan élabore sa danse en construisant autour de Michèle une enveloppe aérienne, une sorte d'enceinte qui l'enchâsse, comme on sertit une pierre précieuse. Ce faisant, se crée, à travers l'apprivoisement réciproque de nos présences et de perceptions de plus en plus fines, une unité énergétique.

Au point qu'aucun trouble ne vient agiter notre mental. La concentration est parfaite. Cette unité nous ramène au fait que nous sommes non seulement un duo, mais aussi un couple homme-femme. Et que, par conséquent, sont mises en jeu nos propres modalités d'être présent au monde : le féminin, incarnant essence et substance, le masculin, conscience et émotion.

A ce point de notre trajet, nous nous sentons bien centrés sur ce qui donne sens à notre projet : redonner à l'esprit le corps qui lui appartient, donner corps à l'esprit.

Michèle et Rolan


 

La voix comme écrin de silence



C'est autour du vide que s'organise le corps, que s'emplissent nos poumons.
C'est encore grâce au vide que peut se propager la lumière. C'est de la place que l'être laisse à l'Être que le chant peut jaillir.
Ainsi portées les voix portent.
Pour ouvrir au silence de la grande cour, pour le clore, il y aura eu ces voix.
Entraînées par Jean-Philippe Seunevel au sein de la troupe Kaoutchàn, elles écoutent le souffle et ne font que le traduire dans son instantanéité.
Cela s'appelle le chant spontané.
Onomatopées polysémiotiques, elles s'enracinent là où s'origine le langage.
Elles (nous) parlent (du) sacré, de l'imprononçable nom de D-ieu.

Avec Dominique Carnino, Andrée Golliard, Anne Lanaud, Fabien Laroche, Dominique Nizard, Guy Passerat, Jean-Philippe Seunevel.

 


COMPAGNIE Pierre Deloche Danse
Livret de 26 pages à acquérir auprès de : delochep@wanadoo.fr
Photographie Jean-Louis Gonterre

La compagnie Pierre Deloche Danse
Maison Ravier
1 place Jean Jaurès 69007 Lyon

Les photographies de cette page ont été réalisés durant une des séance aux Subsistances par Site des photographies de Norbert Pousseur (voir aussi son site)



Voir aussi le site d'ACF / Lyon - http://arts-lyon.cef.fr

et aussi le site diocésain de Lyon : http://catholique-lyon.cef.fr/

CONTACTS Géraldine Brunel Affaires Culturelles Service des artistes
2, rue Jean Carriès 69005 Lyon, tél. 04 72 40 97 86 / 06 62 36 20 70 -
affairesculturelles.diocesedelyon@libertysurf.fr


Voir aussi sur le thème "La Chair et Dieu, le site "Artistes-en-dialogue"

Haut de page Haut de page.......Retour à l'accueil Page d'accueil